ENQUETE – Sieste au travail, une pratique en sommeil

Alors que s’est tenue la 16ème journée du sommeil consacrée à la performance, la sieste au travail, très à la mode il y a 5 ans, peine à se généraliser.

Qui n’a jamais eu à lutter contre des paupières lourdes après sa pause déjeuner ? Pour reprendre du poil de la bête, certains engloutissent un énième café bien serré, d’autres optent pour une méridienne. Au Japon, il n’est pas rare de voir des employés faire la sieste pendant leur journée de travail. Personne ne s’en émeut, c’est une pratique culturellement ancrée. Mais en France, mettre entre parenthèse un dossier pour piquer un somme est davantage perçu comme un signe de paresse que comme une marque de conscience professionnelle.

Pourtant,  si l’on en croit l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV), le manque de sommeil des salariés est un vrai enjeu pour les entreprises. Un individu sur deux se sent moins performant (fatigué, somnolent) au moins une fois par semaine à cause de la fatigue. Et preuve que le café noir ne suffit pas, l’organisme estime que 19% des Français somnolent sur leur lieu de travail.

Si bien que cette année, la 12e journée du sommeil, organisée par l’INSV, sera consacrée à la performance. Dans un ouvrage intitulé Eloge de la sieste, Bruno Comby défend que, pratiquée au travail, cette activité permet de lutter contre le stress et d’être plus créatif.

Des travailleurs plus assidus

Certaines entreprises françaises l’ont bien compris. En 2006, la PME Leblon Delienne, fabricant de figurines et d’objets design, a décidé de mettre à disposition de ses salariés une salle de pause dédiée à la sieste. « Empiriquement, nous avons constaté que les collaborateurs étaient beaucoup plus assidus et faisaient moins d’erreur. C’est comme s’ils recommençaient une nouvelle journée de travail », note Laurent Buob, son dirigeant.

En 2009, à Neuilly-sur-Seine, PriceWaterhouseCoopers, cabinet d’audit et d’expertise-comptable, a mis à disposition de ses 3000 employés une salle de bien-être. France Telecom à Lyon expérimentait en 2007 des salles de détente pour ses 300 collaborateurs. Elles ont emboité le pas à Apple, le pionner du dodo au boulot en 1990.

Aux Etats-Unis, les pro sieste ou « powernap » ont bien saisi l’argument qui fera mouche auprès des entreprises. Pour les convaincre qu’un petit somme est salutaire, et surtout rentable, la National Sleep Foundation, organisme américain associatif voué à la recherche sur le  sommeil, déploie l’argument économique. Selon l’organisation, la généralisation de la sieste permettrait de faire gagner au pays 18 milliards de dollars par an en gains de productivité.

Une mode managériale victime de la crise

« Il y a tout une mode managériale venue des États-Unis, et que pratiquent Google ou Facebook, qui va vers une amélioration de l’environnement de travail avec des salles de sport, de détente, etc. En contrepartie, l’entreprise demande plus de disponibilité à ses employés » note Marion S., responsable qualité sécurité environnement (QSE) auprès d’un cabinet de conseil aux entreprises.

En France, le phénomène en est resté au stade de l’expérimentation. En 2007, le ministère de la Santé s’était saisi de la question. Xavier Bertrand avait alors lancé un test auprès d’entreprises volontaires. Aujourd’hui, il est difficile de savoir quels en sont les résultats concrets. A la sous-direction des conditions de travail, on affirme ne pas avoir connaissance d’un tel dossier.

De l’avis de Marion S. « On est encore loin de généraliser cette pratique, tout simplement parce que ce qui relève du code du travail ou de la réglementation, et qui est donc obligatoire, n’est déjà pas appliqué, alors ce qui relève du facultatif… ».

Chez Leblon Delienne, la sieste est tout bonnement devenu lettre morte depuis un an. « Nous avons récemment eu un plan social, nous avons réduit nos effectifs de moitié. C’est un luxe que nous ne pouvons plus nous permettre » confie son dirigeant. A défaut d’avoir maintenu cette pause salutaire, l’entreprise a lancé une nouvelle gamme de coussins en microperles… pour la sieste.

Delphine Tayac

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s