Monnaies locales pour désordre global

Partout en France, des citoyens désireux de donner un autre sens à leur argent lancent des monnaies locales. A Romans-sur-Isère dans la Drôme, une centaine d’habitants expérimentent la « Mesure ».

mesure

Sylvie Teinturier, gérante d’une confiserie à Romans-sur-Isère ouvre sa caisse pour rendre la monnaie à deux clientes. A côté des euros, des billets en papier de toutes les couleurs et portant l’inscription « Mesure » suscitent la curiosité. Roses, jaune, vert, bleu, on croirait ces billets tout droit sortis du Monopoly. La comparaison avec le célèbre jeu de société s’arrête cependant ici. Avec les Mesures, pas question de construire son empire immobilier, mais plutôt de donner un sens éthique à son argent.

Acheter ses légumes et payer son kiné en Mesures

Voilà un an et demi, une idée a germé chez plusieurs Romanais à l’occasion d’un Forum citoyen local. Pour concrétiser leur envie de « changer les échanges »  ils ont eu l’idée de lancer une monnaie locale appelée « la Mesure ». Elle serait échangeable et utilisable uniquement sur la commune et serait étalonnée à l’euro (une Mesure = un euro).  Son objectif : redynamiser l’économie locale, encourager des achats « écoresponsables » et financer des projets éthiques.

Pour cela, cette monnaie est « fondante », c’est-à-dire que chaque billet perd sa validité avec le temps. Elle ne peut donc pas être épargnée. On la réduit ainsi à ce que les économistes appellent sa valeur d’échange. Toutes les monnaies locales complémentaires répondent à ce principe fondamental. « Est-ce que vous trouvez cela normal que la mesure du temps se lit sur chaque chose, y compris sur nous qui vieillissons, et que la seule chose qui gagne de la valeur ce soit la monnaie ? », résume avec malice Jacques Figeac, un des fondateurs de l’Abeille, une monnaie complémentaire dans le Lot.

A Romans, les Mesures perdent leur validité au bout de trois mois. Pour les remettre en circulation, il faut acheter un timbre fixé à 2 % de la valeur du billet, à coller au dos. Une façon de stimuler les échanges : « Selon nos calculs la Mesure peut ainsi circuler 2 fois plus qu’un euro » précise Michel Lepesant de l’association « Commune mesure » instigatrice de la monnaie romanaise.

Par ailleurs, pour adhérer au réseau de la Mesure, les commerçants s’engagent à avoir des pratiques plus « responsables ». « Désormais au lieu d’acheter mon miel à l’autre bout de la France, je prends du miel local qui vient du Vercors » explique Sylvie Teinturier, commerçante adhérente au réseau. Pour le consommateur, la Mesure devient alors une sorte de label.

Enfin, pour financer des projets éthiques, les adhésions et les commissions captées par la conversion des Mesures en euros par les commerçants, sont épargnées, en euros, par l’association « Commune Mesure ». Tous les utilisateurs de la monnaie auront leur mot à dire au moment de l’investir.

Aujourd’hui une centaine d’habitants utilise cette monnaie pour acheter ses fruits et légumes, des vêtements, des livres, des séances de coiffure ou même de kinésithérapie grâce à l’adhésion d’une quarantaine de prestataires.

Les crises financières, ce terreau favorable

La Mesure s’inscrit ainsi dans le chemin tracé par la doyenne des monnaies locales françaises l’Abeille à Villeneuve-sur-Lot, née en 2010.  Plusieurs monnaies ont emboîté le pas depuis : le Sol Violette à Toulouse, qui compte 400 utilisateurs, la Luciole en Ardèche, la Commune à Roanne, le Confluent à Nantes… Plus d’une dizaine de monnaies complémentaires sont actuellement en projet dans toute la France.

Mais on en est encore aux balbutiements, ce qui n’est pas le cas Outre-Rhin où ces monnaies n’ont rien d’anecdotiques. En Allemagne, on en dénombre une trentaine. Parmi elles, le Chiemgauer créée en 2003 à Chiemgau, qui s’échange à hauteur de 500 000 € chaque mois. Selon Jérôme Blanc, économiste spécialiste de la monnaie et maître de conférence à l’Université de Lyon II, on recenserait près de 4000 monnaies de ce type dans le monde.

Les crises financières successives expliqueraient-elles cet engouement ? « Il est évident que cela a créé un terreau favorable pour que les gens réfléchissent au sens de la monnaie », analyse Pierre Alliot de l’association « Commune Mesure ».

Selon Jérôme Blanc, en Argentine, la crise financière de 2001 et la pénurie de monnaie traditionnelle ont favorisé la naissance de monnaies alternatives. « N’imaginons pas pour autant que les crises garantissent la création de systèmes solides et pérennes(…) [Les monnaies] qui ont su adopter les bons modes de gestion et de gouvernance, ont survécu et continuent aujourd’hui de fonctionner. » précise-t-il. 1 Selon lui, ces monnaies ne se pérenniseront que si elles ne s’opposent pas frontalement à l’Euro.

Mais aussi si elles arrivent à convaincre un nombre important de citoyens. A Romans, pour le moment, certains habitants regardent encore ce projet d’un œil sceptique se demandant ce qu’il peut leur apporter. « Je leur dis toujours, ça ne va pas vous rapporter de l’argent, ça va vous compliquer la vie, mais créer une monnaie, c’est un des actes politiques les plus forts que vous puissiez faire » conclut Pierre Alliot.

Delphine Tayac

Pour en savoir plus :

– sur la Mesure : http://www.monnaie-locale-romans.org

– sur les monnaies locales complémentaires en France et en général : http://monnaie-locale-complémentaire.net

– voir aussi le webdocumentaire « La juste valeur » dont est tirée la citation de Jacques Figeac : http://lajustevaleur.fr/WEBDOC/justevaleur.html

1. http://www.jeune-dirigeant.fr/011-237-1-Jerome-Blanc-monnaies-paralleles-monnaies-innovantes.html

Article réalisé en septembre 2011 dans le cadre d’un exercice à l’ESJ.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s